Monitorer ses positions SEO avec un VPS OVH et Serposcope


Cet article fait suite à la conférence « Positions SEO : du monitoring à la prédiction » que Vincent et moi avons donné lors de l’OVH Summit Paris 2016. Vous trouverez ici le guide complet pour créer votre plateforme de suivi de positions sur Google grâce à un VPS OVH, le tout agrémenté d’astuces d’utilisation.

Je suis @RémiBacha, je travaille chez OVH depuis 2012 et je suis aujourd’hui responsable de l’équipe d’experts SEO.

Avant de passer au tutoriel, revenons rapidement sur une question qui nous a été posée pendant l’événement.

Doit-on monitorer ses positions SEO ?

Depuis les prémices de la personnalisation des résultats, en passant par le Knowledge Graph, Humming Bird et jusqu’à plus récemment Rankbrain, la tâche est réellement de plus en plus compliquée.

Ajoutez aux évolutions précitées, la maturité des utilisateurs qui amène des requêtes de plus en plus longues et complexes, combinée aux nouveaux usages liés à la recherche vocale et conversationnelle, et le tableau s’obscurcit encore.

Plus concrètement, 2 utilisateurs peuvent avoir des résultats complètement différents pour une même requête, et inversement : plein de requêtes différentes peuvent faire apparaître un même résultat.

Pourtant les mots-clés continuent d’avoir un rôle central dans les stratégies SEO.

Qu’il s’agisse de redéfinir une arborescence, créer de nouvelles pages, mettre à jour des pages existantes, travailler ses liens entrants, et plein d’autres axes de développement de trafic, les mots-clés guident la plupart des actions SEO.

Le suivi des positions fait donc partie des indicateurs indispensables pour mesurer ses performances SEO. Il faut cependant garder à l’esprit qu’il est impossible de simuler les recherches et les résultats retournés pour chaque internaute. En suivant nos positions, nous nous intéressons à des positions moyennes. Pour avoir un suivi efficace, je vous conseille aussi d’élargir vos listes de mots-clés en intégrant des variantes de formulation, des questions, et tout ce qui vous paraitra être une recherche stratégique dans votre domaine.

Plus de requêtes SEO à monitorer ? Cela va forcément coûter un bras ?

Pas si vite. Il existe une façon de suivre un nombre illimité de mot-clés et de sites pour quelques euros par mois. Il suffit juste d’être un peu débrouillard.

De quoi avons-nous besoin ?

Nous avons ici besoin d’une instance VPS SSD et de Serposcope.

L’instance VPS SSD est un très bon ratio performance / prix (2,99 € HT/ mois), elle offre un environnement serveur et un accès root. Nous pouvons également y ajouter des IP failover supplémentaires, ce qui vous le verrez un peu plus bas dans l’article, sera très utile.

Serposcope est un outil de monitoring de position SEO développé par Pierre alias @Serphacker. Il s’agit d’une application open source, gratuite et illimitée en nombre de mots-clés et de sites suivis.

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Aucune connaissance préalable n’est requise. Je vais tout détailler pour que vous puissiez faire l’installation le plus facilement possible.

Objectif : Tout installer en moins de 10 minutes.

Vous êtes prêt ?

Tuto : Créer sa plateforme de monitoring de positions SEO

1. Créer une instance VPS

La première étape consiste à créer votre instance VPS. Il s’agit du serveur sur lequel nous allons faire tourner Serposcope.
RDV dans le manager Cloud OVH, créez votre infrastructure puis cliquez sur le bouton jaune « Ajouter » en haut à gauche, puis sur « Ajouter un serveur ». Votre serveur apparaît alors à l’écran.

Par défaut votre serveur est de type « VPS-SSD-1 (VPS SSD) », ce qui conviendra parfaitement à notre utilisation. Il sera ensuite tout à fait possible de le faire évoluer vers un modèle plus puissant selon vos besoins.
Si vous n’avez jamais administré de serveur, je vous conseille l’OS Ubuntu 16.04 car les prochaines étapes seront détaillées pour cette distribution. Sachez cependant que Serposcope fonctionne aussi bien sur Debian que sur Ubuntu.
Vous pouvez ensuite choisir le mode de facturation entre « conso à l’heure » à 0,008€ HT/heure et « forfait mensuel » à 2,99€ HT/mois. Notez que ce dernier permet une économie de 50%.

2. Se connecter à l’instance VPS et passer root

Lorsque l’on commande une instance, aucun identifiant ou mot de passe n’est envoyé par e-mail. Il faut donc créer une clé SSH qui vous permettra de vous connecter de façon sécurisée à votre VPS et de l’administrer en ligne de commandes via la console.

Tout est détaillé dans le guide OVH « Création de la clé SSH ». Cette étape devrait vous prendre environ 2 minutes.

L’idée est de créer une clé SSH sur votre ordinateur puis de la déclarer dans le Manager OVH afin de pouvoir vous connecter à votre VPS depuis le terminal de votre ordinateur.

Une fois la clé SSH créée, cliquez sur la flèche à droite dans la box de votre VPS SSD. Le menu déroulé, cliquez sur « informations de connexion ». Une infobulle apparaît en bas à droite de l’écran avec les instructions suivantes :

Pour vous connecter à cette machine, ouvrez un terminal et saisissez la commande suivante :

ssh ubuntu@IPdevotreVPS

Une fois connecté à votre instance, passez en mode root (= prenez le contrôle total de votre instance)

sudo su -

3. Installer Java 8

Java 1.8 est nécessaire au fonctionnement de Serposcope, voici les lignes de commandes nécessaires à son installation. Vous devez les saisir une par une.

sudo apt-get -y install software-properties-common
sudo add-apt-repository -y ppa:webupd8team/java
sudo apt-get update
sudo apt-get -y install oracle-java8-installer

Le message « Oracle JDK 8 installed » apparaît. Les packages sont bien installés.

Pour être certain d’avoir la dernière version de Java, entrez la commande ci-dessous :

java –version

Le message « java version « 1.8.0_101 » apparaît. Nous pouvons passer à la suite.

4. Installer Serposcope

Rendez-vous sur le site https://serposcope.serphacker.com/fr/#download et copiez le lien d’installation de la dernière version de Serposcope pour Ubuntu.

Dans la console, entrez la ligne de commande suivante :

wget LienQueVousAvezCopié

Le téléchargement se lance et se termine par :

serposcope_2.5.1_all.d 100%[============================>] 45.19M 11.9MB/s in 3.8s
2016-09-23 12:24:38 (11.9 MB/s) – ‘serposcope_2.5.1_all.deb’ saved [47387148/47387148]

Bravo ! Serposcope est maintenant ajouté sur votre instance VPS SSD. Passons à l’installation.

sudo dpkg -i serposcope_2.6.0_all.deb

Démarrez votre futur outil préféré :

sudo /etc/init.d/serposcope restart

L’installation s’est bien passée, le message suivant apparaît :

[ ok ] Restarting serposcope (via systemctl): serposcope.service.

La base de données a été créée automatiquement, nous pouvons passer au paramétrage de l’outil. Sortons de la console et entrons directement dans votre plateforme de monitoring.

5. Paramétrer Serposcope

Pour vous connecter à Serposcope, coller l’IP de votre instance VPS dans votre navigateur préféré et ajoutez y le port 7134 (ex : votreip:7134). Vous pourrez tout à fait lier cette IP à un nom de domaine afin de rendre l’adresse de votre plateforme plus facile à communiquer.

Commencez par créer vos ID Admin en remplissant les 4 champs puis cliquez sur « Create ».

Cliquez sur « ADMIN » dans le menu principal, et cliquez sur l’onglet « General ».

La première chose à faire est de définir l’heure du cron. Le « cron » est un programme qui permet d’executer les analyses de mots-clés (et tout autre script ou commande) à un intervalle régulier, ici tous les jours. Je vous conseille de choisir une heure de nuit (par exemple 1:30) afin que vos analyses soient prêtes chaque matin.

Choisissez ensuite la limite de l’historique en nombre de jours. Celle-ci aura un impact direct sur le remplissage de votre base de données. À vous de décider selon vos propres critères (secteur d’activité, temps alloué au SEO, etc) ce qui vous parait raisonnable en matière d’historique. Nous partons ici sur 365 jours, ce qui est AMPLEMENT suffisant dans la plupart des cas.

Cliquez ensuite sur l’onglet « Google » dans le menu latéral.

Pour limiter le nombre de requêtes effectuées par Serposcope sur Google, je vous conseille de définir le nombre de pages à 1, et le nombre de résultats par page à 100. Grâce à cela vous pourrez suivre le top 100 sur chaque mot-clés, ce qui peut s’avérer très motivant lorsqu’on lance un site à partir de 0 et que l’on part de loin en matière de positionnement 🙂

Juste en dessous de « Résultats par page », vous trouverez « Pause ». Il s’agit de déterminer le temps de pause entre chaque requête de Serposcope. Un conseil : ne soyez pas trop gourmand au risque de voir l’adresse IP de votre VPS bloquée par Google. Selon la liste de mots-clés que vous aurez à suivre, essayez de laisser un maximum de temps entre 2 requêtes.

En lisant les lignes précédentes, les plus perspicaces d’entre vous auront probablement remarqué une limite : « sachant qu’il y a 24 heures dans une journée (sauf les jours où les éoliennes fonctionnent un peu trop bien et ralentissent la rotation de la Terre) et que je dois définir un temps de pause entre 2 requêtes, il est donc impossible de suivre autant de mots-clés que je le souhaite ».

Bien vu ! Mais… non.

Lorsque Pierre a développé Serposcope, il a anticipé ce souci et trouvé une parade : l’utilisation d’IP Failover pour faire du multithreading (= faire plusieurs requêtes en parallèle). J’y reviendrai très bientôt dans un prochain article.

Nous avons terminé les fondamentaux du paramétrage de Serposcope, il est grand temps de l’essayer.

6. Créer une première campagne de suivi de positions

L’outil est très intuitif et vraiment simple d’utilisation. Dans 2 minutes, vous saurez tout faire sur Serposcope !

Dans le menu principal, cliquez sur le lien « GROUPES », puis sur « Nouveau groupe ». Une box apparait, entrez un nom pour votre groupe et cliquez sur enregistrer.

Nous allons maintenant ajouter votre liste de mots-clés dans l’outil, puis le ou les sites que vous souhaitez suivre.

Cliquez d’abord sur le bouton « Ajouter recherche ». Vous pouvez ici choisir le TLD de Google (google.fr, google.com, google.es, etc) et le périphérique pour simuler la requête (ordinateur ou mobile).

Les responsables de business de proximité ne sont pas en reste puisqu’il est également possible de choisir un lieu pour la recherche qui peut être un département et même une ville afin de simuler les résultats vus par les internautes de votre département ou ville.
Si vous souhaitez ajouter une liste de plusieurs mots-clés d’un seul coup, cliquez sur « Bulk import » en bas à gauche et collez votre liste.

Une fois les mots-clés ajoutés à votre groupe, ajoutez le nom de domaine du site web que vous souhaitez suivre. Pour cela cliquez sur « Ajouter site » et remplissez les champs.

Tout est prêt ! Votre première analyse aura lieu à l’heure que vous avez indiqué lors du paramétrage du cron (voir plus haut). À moins que vous ne soyez trop impatient (cliquez sur « CHECK POSITIONS » dans le menu principal).

7. Consulter et enrichir votre analyse

Cliquez sur le logo SERPOSCOPE pour accéder à votre page d’accueil et voir votre analyse.

La page d’accueil peut être réorganisée en tableau ou en récapitulatif. Il vous suffit de le définir en cliquant sur les picto en haut à droite.

Cliquez sur le nom de votre groupe, puis sur le nom de votre site pour faire apparaitre votre analyse.

En cliquant sur un mot-clé, vous pouvez afficher le Top 100 des URL positionnées. Sur cette vue, cliquez sur le petit « + » à côté d’une URL concurrente pour l’ajouter automatiquement à votre analyse et suivre ses positions sur vos mots-clés.

Vous êtes paré et avez toutes les cartes en main pour approfondir votre utilisation de Serposcope.

Conclusion

Vous savez maintenant comment suivre l’évolution de vos performances SEO sur Google de façon automatique et à moindre coût. Pour toute question, n’hésitez pas à rejoindre la communauté OVH : https://community.ovh.com/t/utiliser-un-vps-pour-le-seo/333
Merci à Julien Debriel et David Looses, respectivement web analyste et expert SEO chez OVH pour m’avoir fait découvrir l’outil. Merci également à @Serphacker de m’avoir aidé à mieux comprendre les rouages de l’outil.

Dans un prochain article, je détaillerai l’ajout d’IP Failover à votre plateforme de monitoring afin de repousser les limites de l’outil et accélérer vos analyses.

5 Comments

  • Merci pour ce tuto. J’utilise Serposcope depuis un petit moment maintenant, et je me tâte à passer sur serveur VPS, ou simplement alloué un hébergement mutualisé.

    J’ai remarqué que depuis quelque temps, il a du mal à tourner en local, depuis que j’ai ajouté quelques groupes de mots clés.

  • Super article ! je l’ai installé sans soucis sur un vps OVH sous centOS, par contre impossible d’accéder au soft le deuxième jour… Est ce que vous auriez une idée magique ?
    Impossible de relancer les services serposcope, à première vue, il n’arrive pas à les trouver… Du coup je suis bloqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *